La démarche d’adoption internationale est hautement réglementée par les autorités gouvernementales du pays de l’adopté et du pays de l’adoptant. Le respect de chaque étape est crucial pour éviter toute complication qui pourrait mettre en péril le succès du projet. C’est basé sur près de 50 ans d’expérience que la corporation AUE a développé une procédure détaillée du processus qu’elle maintient à jour au fur et à mesure qu’il y a des modifications aux règlements. En voici les grandes étapes:

1 – Signature du contrat

La première étape est la signature du contrat avec un organisme agréé en adoption dans le pays d’adoption désiré tel que la corporation Accueillons un enfant. Il est important de bien choisir l’agence d’adoption avec qui l’on veut réaliser son projet d’adoption. Cette sélection se fait principalement en se basant sur les pays pour lesquels l’agence détient une accréditation.

2 – Ouverture du dossier

La deuxième étape est l’ouverture d’un dossier auprès du Secrétariat d’adoption internationale (SAI). Cette étape équivaut à l’enregistrement de la démarche auprès des autorités québécoises. En effet, le SAI reste présent et effectue une vigie tout au long du processus pour en vérifier la conformité.

3 – Évaluation psychosociale

Les parents doivent procéder à la réalisation d’une évaluation psychosociale par un expert désigné. Elle vise à mesurer la capacité parentale des adoptants.

4 – Constitution du dossier d’adoption

La quatrième étape la constitution du dossier d’adoption. Les adoptants montent leur dossier avec l’aide de l’organisme. Le dossier consiste en un amalgame d’information sur les adoptants sous toutes les facettes, soit financière, psychologique, matériel et familiale. Il représente les adoptants et leur démarche aux autorités du pays de l’enfant. C’est le rôle de l’organisme de s’assurer de la conformité du dossier et de le transmettre aux autorités appropriées.

5 – Proposition d’enfant

Un apparentement est fait par les autorités du pays de l’enfant et les parents. Cette étape arrive habituellement après un certain délai. Il est impossible de prévoir ce délai, par contre, ça représente en moyenne quelques mois, voir quelques années.

6 – Autorisation à poursuivre la démarche

L’organisme doit faire une demande d’une lettre de non opposition auprès du SAI. Le Secrétariat procède alors à la vérification des documents de l’enfant afin d’en assurer la conformité. Il doit faire connaître son accord en faisant parvenir une lettre de non opposition aux autorités gouvernementales, les parents adoptants et l’organisme en reçoivent une copie conforme.

7 – Phase de traitement administratif et judiciaire

Les autorités dans le pays de l’enfant procèdent au traitement des dossiers des adoptants et de l’enfant. L’organisme s’assure du bon déroulement de ce processus. Les autorités haïtiennes exigent un voyage de socialisation entre les adoptants et l’enfant au cours de cette phase.

8 – Arrivé de l’enfant au Québec

L’organisme avise les adoptants de la délivrance des derniers documents qui doivent permettre aux adoptants de faire le voyage qui ramènera l’enfant au Québec.

9 – Clôture du projet d’adoption

Suite à l’arrivée de l’enfant, les adoptants finalisent les démarches administratives et juridiques au Québec afin de finaliser l’adoption.

Pour plus d’information sur les démarches d’adoption internationale, le SAI offre de l’information générale à ce sujet sur son site.